Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Mes Chroniques de nicolaïte

Écrits sous copyright

Et puis voilà ma grand-mère est morte j'avais 4 ans

Publié le 23 Juillet 2017 par Nicolas Bouton

J'ai vu mon père 3 fois. Une fois à 4 ans. Une fois à Londres. Should have to go. Il faut qu'elle parte. Avec Alfred Marx. Comme il était capitaine de long court. Je vais prendre un bateau. Et je suis parti à la gare. J'ai vu mon père et il m'a dit : tu manques à tonton. Et c'est tout ce que tu as à me dire au bout de 18 ans : tu manques à tonton ? J'étais en manque de père. Il l'a pris de très haut. J'ai compris après qu'il était intimité. Je l'ai pris avec ma jeunesse. Je dis regarde autour de toi : t'es pas plus mon père que tout ces mecs là. Il s'est mis à pleureR. Et puis le temps passe. J'ai 23 ans maintenant. J'ai ma photo dans le journal. Mon père veut déjeuner avec moi. J'ai dit ha... j'étais un peu bouleversé. Quand on n'a pas beaucoup vu son père. Il me trouve d'une très grande intelligence. Il me dit vraiment, fais le mur. Si bien que j'ai pas pu le voir. Et puis après : j'aurai pas du dire ça. Je trouve que mon père est beau comme un Dieu. Il dit des choses formidables. Il dit : tu sais toi et moi on va apprendre à se connaître. Je vais t'écrire. Il dit ça se peut pas. C'est pas possible. J'ai dit mais quand même je suis ta fille. Moi je te téléphone. Il m'a jamais téléphoné. Et ça m'a foutu un coup.